Vie associative

Note utilisateur: 3 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le monde associatif est une priorité pour Moussa MARA. Il est un socle de la société civile dans notre pays et un moyen fondamental de promotion de la citoyenneté, un des combats majeurs de MARA. Le domaine associatif est une formidable occasion pour toutes celles et tous ceux, nombreux à ne pas avoir de tendance partisane, à exprimer leur volonté de se rendre utile à la collectivité.

Moussa MARA est actif au sein du monde associatif par son engagement auprès de plusieurs associations et par l’animation de deux structures qu’il préside depuis plusieurs années.

Monsieur MARA intervient régulièrement pour aider, conseiller, soutenir de nombreuses associations de jeunesse, professionnelle aussi bien à Bamako que dans plusieurs villes de l’intérieur du pays.

Les deux associations qu’il préside sont l’Association Jeunesse pour le Mali (AJM) et la coalition jeunesse action(CJA).

L’association Jeunesse pour le Mali est une association dont le but est de promouvoir la jeunesse en la rendant plus responsables, plus citoyenne et plus actrice de sa destinée. L’AJM fonde ses activités sur l’information, la formation et la responsabilisation - conscientisation. Elle a mené plusieurs activités d’information et de sensibilisation sur base de conférences débats, de séminaires… Elle anime un journal qui est à deux parutions et qui vise à éveiller les jeunes. Elle organise des manifestations culturelles auxquelles participent des dizaines de milliers de jeunes. Elle ambitionne de créer dans chaque commune urbaine un centre d’accueil, d’orientation et de formation professionnelle pour les jeunes et géré par les jeunes en partenariat avec les élus et les acteurs socio économiques de la collectivité. Cette association a un site qu’il faut visiter et une ambition qu’il faut soutenir.

La coalition a pour objectif d’insuffler une nouvelle manière de conduire la politique nationale. Le thème de la jeunesse a toujours été le thème favori des politiciens au Mali. Souvent on y a associé, les valeurs telles que le dynamisme, la force vive de la nation, l’esprit d’entreprise, la future classe dirigeante… Aujourd’hui, à la lumière de l’exercice du pouvoir depuis les années 60, force est de constater, que la jeunesse est utilisée, uniquement à des fins électorales. Rarement consultée pour les décisions nationales majeures, souvent méprisée lors de l’exercice du pouvoir, largement sous représentée aux postes de décisions, la jeunesse s’est détournée du monde politique. La dévalorisation de la classe politique ne se résume d’ailleurs pas qu’au seul niveau de la jeunesse. C’est fort de ce constat, que de nombreux jeunes se sont réunis, des femmes et des hommes, pour que notre pays puisse enfin connaître un changement de mentalité (tant sur le plan de la gestion publique, que sur celui de la création de richesse…). Ce changement de mentalité si souvent souhaité, si souvent annoncé, mais qui ne se matérialise finalement pas. Toutefois, tout changement ne peut être impulsé que par un engagement des acteurs. Conscients de ces réalités de notre pays, des femmes et des hommes jeunes, se sont réunis pour former un cercle de réflexion. Ainsi, avancer sous la forme d’une coalition est devenu, pour eux, une évidence.
Ces femmes et ces hommes venus d’horizons divers, se sont retrouvés autour de valeurs communes. Il s’agit donc, d’agir auprès de la jeunesse et d’être attentif à leurs préoccupations
L’objectif premier de la coalition est d’obtenir un maximum de conseillers municipaux jeunes et de jeunes leaders politiques. Pour y parvenir, la coalition envisage donc une action de terrain, auprès des jeunes. Pour ce faire, il est souhaitable que chaque commune du district de Bamako, ait au moins un local, où les jeunes pourraient s’y rendre, afin d’y exprimer leurs préoccupations et doléances, d’y bénéficier d’un encadrement, d’un accompagnement dans leur formation et dans leur recherche d’emploi (via des brochures et autres supports, etc.)… Il ne s’agit pas de se substituer à l’APEJ ou toutes autres structures étatiques, mais que la jeunesse se sente épauler par des personnes partageant leurs préoccupations. La coalition a cette vocation et s’emploie à la réaliser depuis maintenant 3 ans.